Archive
60'
France, 2016

Production : Les Films d'Ici, Maria Roche Productions, StudioHDK Productions

Programmé par Jean-Marie Barbe



Résumé


Dans l’immense ville de Chongqing, le dernier des vieux quartiers est sur le point d’être démoli et ses habitants relogés. Le cinéaste se lie d’amitié avec le petit Zhou Hong et Madame Xue Lian, derniers témoins d’un monde bientôt disparu.

L'avis de Tënk


Hendrick Dusollier est avant tout porteur d’un regard curieux, celui d‘un touriste intelligent pris d’empathie progressive pour des citoyens qui vivent en contrebas de la tentaculaire agglomération de Chongqing.
Le choix de l’immersion et du cinéma direct est évidemment la bonne idée formelle du film. On découvre avec le réalisateur le réel d’un quartier en démolition, où nous conduit l’enfant guide Zhou Hong, jeune prince de ce dédale, et Mme Xue Lian, habitante d’un autre temps. Cette manière de nous faire découvrir en même temps que le réalisateur une humanité en train de disparaître donne au film une vitalité qui nous met immédiatement du côté de l’imaginaire de ces perdants magnifiques.
En se frayant un chemin dans un quartier en destruction, Hendrick Dusollier parvient à faire l’éloge d’une humanité perdue.

Jean-Marie Barbe
Producteur, co-fondateur des États généraux du film documentaire de Lussas


Lire le texte de Lucie Garçon et Romain Lefebvre à propos du film "Derniers jours à Shibati" sur le site de la revue Débordements.

 


Cinéaste(s)


Hendrick Dusollier

Hendrick Dusollier

Après une Licence d'Histoire à la Sorbonne et des études d'art à Penninghen et aux Arts-Décoratifs, Hendrick Dusollier réalise en 2005 son premier film "Obras", un voyage à travers les vieux quartiers en destruction de Barcelone, sélectionné à Locarno et nommé aux César en 2006. Son film suivant, "Babel", coproduit par Arte, sélectionné à Rotterdam, prix Unifrance, est une allégorie des profonds bouleversements que subit la Chine contemporaine. Sur le même sujet il réalise "Laowai, l'étranger", un road-movie à la manière de "L'Homme à la caméra" de Vertov.
En 2013, son documentaire d’Histoire sur les Dictateurs est décrit par le journal Le Monde comme “une expérience inédite et vertigineuse, une performance historique, technique et artistique, un travail titanesque”. Pour "Derniers jours à Shibati", son dernier film, il a suivi pendant deux ans la disparition du tout dernier quartier historique de Chongqing, la plus grande ville de Chine.