Archive
26'
France, 2019

Production : Petit à Petit Production, Les films de la caravane



Résumé


Pour les générations futures. - C’est l’automne et la saison des cèpes. C’est aussi l’arrivée des nouveaux étudiants en cinéma documentaire. On réfléchit sur les images, on tourne dans le village. Une étudiante a choisi de filmer le chantier du bâtiment. À Paris, Jean-Marie continue avec énergie à chercher à fédérer les partenaires autour du projet Tënk, ce n’est pas chose facile.

L'avis de Tënk


Attentifs au monde qui nous entoure, nous avons l’habitude de vous montrer sur Tënk le documentaire d’auteur sous toutes ses coutures. Ce coup-ci, ce sont nos coulisses qui s’ouvrent ! L’exercice de "l’avis" est alors périlleux...
Ici à Lussas en Ardèche - où se défend ardemment le documentaire d’auteur depuis plus de 30 ans -, nous nous sommes prêtés au jeu du tournage. Devant la caméra de Claire Simon, le travail des uns et des autres est à l’œuvre. La cinéaste semble poser la question : le travail fait-il histoire ?
Cette vie professionnelle - c’est qu’on y passe du temps ! - devient un film, une série. Et nous-même devenons les personnages de cette drôle d’aventure, quotidien que l’on regarde sous ce nouveau prisme, par les yeux de celle qui pendant plus de 3 ans a suivi nos péripéties. Tandis que les voisins/voisines travaillent la terre et récoltent ses fruits, le Village documentaire, qui rassemble une douzaine de structures, voit émerger de nouveaux projets : la plateforme Tënk et l’Imaginaire ("une usine à fabriquer le documentaire" - dixit Claire Simon). Qu’est-ce qu’un village rural aujourd’hui ? Qu’est-ce qu’il nous dit de l’air du temps ?
En faveur d’un bon vin, de bons fruits, de bons films, le travail et la passion se confondent souvent en une quête existentielle. Culture et agriculture s’articulent ici pour faire exister, jour après jour, une intention, dans une recherche commune d’idéal. D’utopie ?


Cinéaste(s)


Claire Simon

Claire Simon

Née à Londres en 1955, Claire Simon a d’abord réalisé des courts métrages indépendants. Elle a ensuite découvert la pratique du cinéma direct avec les Ateliers Varan et réalisé plusieurs documentaires tels que "Coûte que coûte" (1995) et "Récréations" (1998), qui ont reçu plusieurs prix. Elle a écrit et réalisé trois longs métrages de fiction présentés lors de la quinzaine des réalisateurs à Cannes : "Sinon oui" (1997), "Ça brûle" (2005), "Les Bureaux de dieu" (2008). Parmi ses films les plus récents, on trouve "Gare du Nord" (fiction, 2013), présenté en Première au Festival du film de Locarno, "Le Bois dont les rêves sont faits" (2016), "Le Concours" (2017), Prix du meilleur documentaire cinéma à la Biennale de Venise 2016 et "Premières solitudes" (2018), présenté au Forum à la Berlinale. En 2019, elle raconte dans une série l’aventure surprenante du « village documentaire » ayant vu naître Tënk. Elle en sort également un long métrage : "Le Fils de l'épicière, le maire, le village et le monde" (2020). Le cinéma de Claire Simon s'amuse à brouiller les pistes entre documentaire et fiction. Elle traque le romanesque dans la vie réelle et insuffle du réel dans ses fictions.