26 jours
80'
France, 1996

Musique originale : Éric Thomas Production : Canal+, Les Films d'Ici, CNRS Audiovisuel, Aaton

Programmé par Corinne Bopp



Résumé


L'espace d'une cellule. Le temps qui s'échappe... Comment peut-on supporter la privation de liberté ? Neuf détenus révèlent leurs mondes échafaudés derrière les murs, à travers un film personnel dont ils conçoivent l'image et le son.

L'avis de Tënk


Par son dispositif, Si bleu, si calme travaille la diffraction et l’écart. Il trouve ainsi sa forme cinématographique et fait état de l’infranchissable séparation de deux mondes : dans la prison et en dehors. Chaque côté des murs se constituant comme le hors champ de l’autre. Le dedans caché aux regards, qui ne s’appréhende que par l’expérience, l’extérieur inaccessible, juridiquement, physiquement et bientôt mentalement. À la temporalité spécifique du médium photographique à la fois présent perpétuel – instantané – et fixation pour un temps indéfini – photos souvenirs –, la bande sonore oppose sa matérialité et sa continuité. Les qualités littéraires ou concrètes des paroles de détenus, toujours entendues off, ainsi que le cours des cris et des chuchotements participent à la construction d’une communauté que l’image, en l’occurrence les photographies, individualise.

Corinne Bopp
Déléguée générale des Rencontres du cinéma documentaire - Périphérie


Cinéaste(s)


Éliane de Latour

Éliane de Latour

Directrice de recherche au CNRS, anthropologue et cinéaste, Éliane de Latour s’est mise au documentaire après sa thèse, alternant les tournages en France et en Afrique parallèlement à l'écriture. Elle finit par glisser vers la fiction en abordant les mondes de l’illégalité - prison, ghetto, clandestinité - de manière romanesque. Le cinéma, la photo, l’écrit scientifique ou littéraire sont autant de moyens de regarder des mondes fermés, invisibles, éloignés. Qu’il s’agisse de personnes âgées dans les Cévennes, de harem au Niger, d’établissement carcéral, de ghettos en Côte d’Ivoire, de migrants clandestins, de très jeunes joueurs de foot, d’esclaves noirs en Inde du 17e, de détenues mineures au Maroc ou des jeunes prostituées poussées par la guerre en Côte d’Ivoire, ses thèmes de recherches sont centrés sur la réclusion sociale et son corollaire, les grandes ou les petites conquêtes de liberté.