Archive
72'
France, 2017

Production : Laurent Thivolle

Programmé par Aurélien Marsais



Résumé


Venu du Niger, Boureïma a rencontré Lo Thivolle à la faculté à Toulouse. Ils se sont retrouvés plus tard, sur le banc d'une place publique, où le premier trône désormais comme "Roi des étrangers, ceux qui habitent les rues comme on habite une maison" devant la caméra du second, qui écrit son film "Dark on Dark". Au fil de leurs échanges, Lo Thivolle apprend que le père de Boureima était le roi d'un village, héros principal des "Temps du pouvoir", un film documentaire ethnographique d'Eliane de Latour, qu'ils visionnent et commentent ensemble, comme s'il était écrit que le cinéma devait être le lieu commun de "leurs retrouvailles".

L'avis de Tënk


Comment faire le portrait d’un prince déchu ? Et si ce prince n’était pas si déchu que cela ? Lo Thivolle élabore un film à quatre mains avec son personnage Boureïma Patrick, dans lequel les questionnements du rapport à l’autre demeurent centraux. Gratter, fouiller les recoins de la pensée foisonnante de ce prince des rues, saisir ce qui fait de son apparente descente, une libération. Une déconstruction du regard par la rencontre, rendue possible grâce à l’outil cinéma. Pas anodin que le film soit présenté dans la section Regard Neuf de Visions du réel 2017.

Aurélien Marsais
Coordinateur des États généraux du film documentaire - Lussas

 


Cinéaste(s)


Lo Thivolle

Lo Thivolle

En thèse d'anthropologie urbaine, Lo Thivolle découvre les flms de Jean Rouch et Fernand Deligny ce qui l'amène à prendre une caméra. Sa rencontre avec Caroline Beuret l'ouvre à l'univers du son et de l'image. Puis, ce fut son premier travail d'assistant réalisateur de JF Neplaz qui le confrma dans ses désirs de dé-réalisation des images et des sons. Il mène de nombreux projets de "fabrication cinématographique" avec Caroline Beuret, en lien avec la ville de Marseille et ses extensions méditerranéennes. Depuis peu, Ouhaib Mortada les à rejoint. Leur travail avec l'association Numéro Zéro les amène a voir comment le cinéma peu faire le lien entre des univers et personnes qui seraient considéré comme étranges, étrangères.