Disponible en location
54'
France, 2018

Production : L'Atelier documentaire, 8 Mont-Blanc

Programmé par Charlotte Ferchaud



Résumé


"– Ne vois-tu rien venir ? – Je ne vois que le ciel qui rougeoie et le chemin qui poudroie..." Depuis une tour de guet en Ardèche, la réalisatrice apprend avec une amie à repérer et signaler les départs de feux de forêt. Dans le même mouvement, son regard ainsi déplacé interroge des histoires de violence dite domestique. Que voit-on, alors, que l’on ne s'attarde pas à nommer d'habitude ?

L'avis de Tënk


Une carte, des jumelles, un compas, un anémomètre et l'alphabet international permettent de scruter les recoins d'ombre du paysage, de localiser la fumée puis d'en informer les autres par radio. Éteindre un incendie est affaire de vigilance au moindre signe et de réaction collective. Bleu comme la Barbe, bleu comme la moquette sur les murs et comme l'œil au beurre noir de la voisine battue par son mari. Eléonor Gilbert écoute les résonances et remet en question ses propres représentations pour dissiper l'écran de fumée qui isole le foyer conjugal.

Charlène Dinhut,
programmatrice et commissaire d'exposition
et Charlotte Ferchaud,
membre du comité éditorial de la revue Panthère Première


Cinéaste(s)


Eléonor Gilbert

Eléonor Gilbert

Eléonor Gilbert vit et travaille à Grenoble, où elle partage un atelier avec un collectif d’artiste, Utopia182. Ses films, souvent à la croisée de la fiction et du documentaire, sont parfois issus de sa vie quotidienne, ou ancrés dans le contexte de lieux où elle intervient comme vidéaste : universités, centres de détention, hôpitaux, etc. L'obéissance, la soumission, la complexité de la mise en œuvre de zones de liberté sont des thèmes au travers desquels elle explore le monde qui l'environne. Son dernier film, "Hôtel écho", a été réalisé en 2018.