Disponible en location
92'
France, 1999

Production : Les Films du Parotier

Programmé par Christophe Postic, Pascale Paulat



Résumé


"Madame" et "Monsieur" se sont aimés. Et puis, on ne sait comment, leur vie est devenue un enfer. Ils ont décidé de se séparer. ""Je garde l'enfant, a-t-elle dit, il est à moi." "C'est le mien, a-t-il répliqué, je le veux..." Le recours à la loi s'est imposé. Un juge a délivré l'ordonnance provisoire qui les a envoyés ici, à l'Aadef Enfance et Famille, un "lieu neutre" pour couples séparés au rez-de-chaussée d'une tour. Ici s'exercera le "droit de visite" légal à l'enfant. Quand Madame et Monsieur arrivent, ils sont perdus et ne parviennent même plus à se parler. Des médiateurs les accueillent. Avec eux, ils vont tenter de briser le mur d'incompréhension et de haine qui les sépare. "Madame" et "Monsieur", c'est ainsi que les médiateurs désignent les parents qui viennent à l'Aadef. Les noms de famille ne sont jamais prononcés.

L'avis de Tënk


"Monsieur contre Madame" préfigure la démarche qu’engageront en coréalisation Claudine Bories et Patrice Chagnard dans leurs films suivants, "Les Arrivants" puis "La Règle du jeu". Dans le huis clos du centre de médiation de l’Aadef, Claudine Bories recueille la parole de ces couples déchirés. Sans voyeurisme, elle accueille avec pudeur la douleur de ces êtres démunis, soutenus par les médiateurs dans la reconstruction de leur relation à leur enfant. Loin d’exhiber leurs histoires personnelles, elle parvient avec justesse mais sans s’effacer – ici réside aussi l’engagement de la cinéaste – à nous faire partager la tragique histoire commune de ces couples séparés et à faire apparaître leurs profondes solitudes et la nécessité du travail accompli.

Christophe Postic et Pascale Paulat
Co-directeurs artistiques du festival des États généraux du film documentaire à Lussas


Cinéaste(s)


Claudine Bories

Claudine Bories

Claudine Bories, réalisatrice française née en 1942, a d’abord été comédienne et a participé à l’aventure du théâtre populaire initiée par Jean Vilar. C’est suite à son deuxième film, "Juliette du côté des hommes" sélectionné à Cannes, qu’elle se consacre à la réalisation documentaire. Entre 1990 et 2002, elle dirige "Périphérie", un centre de création dédié au documentaire. Sa rencontre avec Patrice Chagnard à ADDOC en 1994 marque une nouvelle étape dans son travail. Dès 1995, ils travaillent en collaboration sur plusieurs projets.