Archive
54'
France, 2020

Musique originale : Nassim Kouti

Programmé par Caroline Châtelet

Français



Résumé


Dans une banlieue quelconque à l’écart de la capitale se dessine un autre monde en marge : le monde des djinns, ces êtres qui appartiennent à la nuit, et dont la présence renvoie à d'autres origines. Le film alterne entre les témoignages face caméra de personnes d'origines (Maroc, Sénégal, etc.) et d'âges divers et les plans donnant à voir les espaces de vie des interrogés. Les paroles se tissent aux lieux, comme pour mieux souligner l'écart entre ces croyances et le quotidien banal dans lequel elles s'inscrivent. Avec subtilité, la trivialité du présent et la puissance surnaturelle de l'invisible s'entremêlent, tandis qu'une inquiétude sourde s'installe. Ce faisant, la distance géographique et culturelle s'atténue.

L'avis de Tënk


Rencontrant des habitants d'une banlieue en région parisienne, Souad Kettani les interroge sur leurs rapports aux djinns, ces êtres non-humains précédant la religion islamique et ayant été assimilés par celle-ci. À travers la succession de récits touchant directement les interrogés ou leurs proches, les esprits malfaisants se révèlent étrangement omniprésents. Qu'ils donnent lieu à des épisodes d'emprise, de possession, ou qu'ils rôdent seulement, les djinns apparaissent comme l'incarnation des difficultés sociales ou psychiques éprouvées. Le surnaturel qui y est attaché tranche avec l'inscription de ces témoignages dans le quotidien et l'environnement d'une banlieue lambda. Il se raconte là les spécificités de la double culture, soit la capacité de transposition et de survivance d'usages dans d'autres territoires, comme le rôle puissant de ces figures : celui de rendre vivable ou à tout le moins acceptable les sentiments nés de situations de relégation.

Caroline Châtelet
Journaliste, critique dramatique


Cinéaste(s)


Souad Kettani

Souad Kettani

Après avoir obtenu une agrégation de philosophie en 1990, Souad Kettani a été réalisatrice sur France Culture. Tout en continuant à enseigner la philosophie dans des lycées, elle a suivi en 2002 la formation des ateliers Varan où elle a réalisé son premier film. En 2006, elle a réalisé Je pense, un documentaire qui montre l'initiation à la philosophie d'élèves de terminale technologique. En 2009, a suivi Musiques, film consacré à l'enseignement de la musique au conservatoire de Saint-Denis, ville où elle réside.