Disponible en location
86'
Brésil, 1979

Production : Produções Cinematográficas

Programmé par Federico Rossin

Portugais
Français, Anglais

Histoire Luttes



Résumé


En 1979, dans la région ABC de São Paulo, plus de 150 000 métallurgistes en grève affrontent le gouvernement militaire brésilien afin d’obtenir de meilleures conditions de vie. Les mouvements syndicalistes sont en pleine effervescence, d’où se distingue en particulier un homme appelé 23 ans plus tard à devenir président de la république : Lula.

L'avis de Tënk


Alors qu'il préparait son film "Eles Não Usam Black-Tie" en 1979, Leon Hirszman - membre du Parti communiste brésilien et un des fondateurs du Cinema Novo, la Nouvelle Vague du pays - arrêta l'écriture du scénario pour suivre les mouvements syndicaux qui conduisaient une grève importante dans les villes de Santo André, São Bernardo do Campo et São Caetano do Sul. Touché par les événements, il décida de réaliser un film documentaire pour manifester son élan militant et participer à un processus qu’il considérait comme fondamental pour l’opposition au régime militaire. Hirszman voulait transformer le processus filmique en analyse dialectique du présent, et faire ainsi du film fini un outil de combat et un manuel didactique de pensée pour la classe ouvrière. Le film restera cependant inachevé jusqu'à sa mort en 1987 : il a été interdit avant même d'être terminé, et n'a été achevé qu'en 1990 par le chef op et monteur du film, Adriano Cooper, à l'initiative de la cinémathèque brésilienne. C'est un film de lutte et d'urgence, une œuvre tournée en collectif, caméra au poing et en équipe réduite.

Federico Rossin
Historien du cinéma, programmateur indépendant


Cinéaste(s)


Leon Hirszman

Leon Hirszman

Fils d'immigrants juifs polonais, Leon Hirszman est né le 22 novembre 1937 à Rio de Janeiro et mort dans cette ville le 15 septembre 1987. Scénariste et réalisateur brésilien, il est une figure du mouvement Cinema Novo inspiré du néoréalisme italien et de la Nouvelle Vague française. Après des études d'ingénieur, il s'implique très tôt dans la vie sociale et politique de son pays, se consacre à la diffusion d'un cinéma militant au sein des ciné-clubs. Après quelques documentaires très enracinés dans les réalités sociologiques du Brésil, il met en scène son film le plus marquant : "São Bernardo" (1971), inspiré par l'œuvre de Graciliano Ramos, mais dont la censure retarda sa diffusion. Producteur malheureux, animateur de la Coopérative brésilienne de cinéma, fondée par les vétérans du Cinema Novo (1980), il tourne, en 1981, un documentaire sur les grèves ouvrières ("ABC da Greve") et l'adaptation d'une pièce avant-gardiste dans la description de la condition ouvrière, primée au Festival de Venise : "Ils ne portaient pas de smoking" (Eles não usam Black-Tie). Son dernier film, en forme de trilogie s'intitule "Imagens do Inconsciente" (1986). Leon Hirszman est décédé des suites d'un sida contracté au cours d'une transfusion sanguine.