Disponible en location
51'
Italie, Israël, Allemagne, France, 1994

Production : Agav films

Programmé par Federico Rossin

Italien
Français

Histoire



Résumé


Tourné à Naples et à Rome en décembre 1993, le film dresse une cartographie du paysage politique italien à l'occasion de la campagne pour les élections présidentielles et municipales. À Naples, les principaux candidats sont la petite-fille du Duce, Alessandra Mussolini et son rival progressiste, Antonio Bassolino.

L'avis de Tënk


Troisième volet de la trilogie de Gitaï sur la montée de l'extrême droite en Europe dans les années 90. Phénoménologie politique (sans commentaire) et road movie électoral tourné en quatre jours. Dans ce journal filmé à budget réduit, Gitaï dévoile peu à peu le réel qui domine encore le parti néo-fasciste italien : l'icône et le souvenir de Benito Mussolini, dont les militants du MSI essayent de cacher le poster face à la caméra. Dans une sorte de psychanalyse sociale, Gitaï rétablit via le cinéma une vérité historique enfouie. Il met en dialectique la mémoire des vieux juifs napolitains persécutés et le présent du MSI, pour la première fois au gouvernement après 1945 (avec Berlusconi) et prêt à s'ouvrir politiquement à Israël. Un film sobre pour se battre contre la violence de l'oubli et la rhétorique du pardon.

Federico Rossin
Historien du cinéma, programmateur indépendant


Cinéaste(s)


Amos Gitaï

Amos Gitaï

Amos Gitaï naît en Israël, à Haïfa, en 1950. Il est étudiant en architecture, suivant les traces de son père, quand la guerre de Kippour interrompt ses études. Au cours de ses missions en hélicoptère, il se met à utiliser une petite caméra Super-8. À la fin des années 70 et au début des années 80, il livre plusieurs documentaires, parmi lesquels "House" et "Journal de campagne". C'est également au cours de cette période qu'il s'exile en France et commence à mettre en scène des fictions sur le thème de l'exil comme "Esther" ou "Berlin-Jérusalem". De retour en Israël au début des années 90, il tourne de nombreux films en fiction et documentaires qui marquent son retour au pays : "Devarim", "Kippour", "Alila"... Il réside aujourd'hui à Haïfa et à Paris, mais travaille dans le monde entier. En près de quarante films, Amos Gitaï a produit une œuvre extraordinairement variée où il explore l'histoire du Moyen-Orient et sa propre biographie à travers les thèmes récurrents de l'exil et de l'utopie.


Films associés

Affiner les résultats

Il n'y a pas encore de film(s)...

Réessayez dans quelques temps.