Disponible en location
39'
Pays-Bas, 1974

Production : Lucid Eye Films

Programmé par Éva Tourrent



Résumé


Un petit village dépeuplé de l'Aude, un vieux couple confie à la caméra du "vacancier", simple caméra à ressort, les souvenirs d'un autre temps : la guerre, la maladie, la mort... Le cinéaste néerlandais construit le film comme un recueil d'images autonomes qui, réunies, composent son univers mental : le bonheur familial, fragments de quelques-uns de ses films antérieurs, hommage au saxophoniste Ben Webster, deux poèmes des grands poètes contemporains néerlandais Remco Campert et Lucebert, un portrait du grand-père du cinéaste qui lui avait appris la photographie dès l'âge de douze ans...

L'avis de Tënk


En 1974, Johan van der Keuken a trente-six ans, trois enfants et a déjà réalisé certains de ses plus beaux films. Dans "Les Vacances du cinéaste", il s'autorise à filmer la légèreté des jours passés en famille dans un village du Sud de la France. Les pas mal assurés de son dernier fils, le "P’tit gros", côtoient ceux du voisin atteint de la maladie de Parkinson. On assiste à la rencontre de deux âges de la vie, de deux mondes, celui des vacanciers hollandais et des derniers habitants du hameau délaissé par les jeunes. Dans une grande liberté d'association, le cinéaste compose une réflexion sur la vie, la mort, le temps qui passe. Et sur les notes douces amères du saxophone de son ami Ben Webster, disparu quelques mois plus tôt, on savoure ce mélange de gravité et de légèreté. La magie d'un éternel présent figé sur la pellicule. Des images inoubliables, sur le cinéma et la vie, tout simplement. Pour nous, le "P'tit gros" aura toujours trois ans.
 

Éva Tourrent
Responsable artistique de Tënk


Cinéaste(s)


Johan van der Keuken

Johan van der Keuken

Johan van der Keuken naît à Amsterdam en 1938. Il a douze ans quand son grand-père l’initie à la photographie, dix-sept quand il publie son premier album et dix-huit lorsqu'il intègre l’IDHEC (l'Institut des hautes études cinématographiques), à Paris. Nous sommes en 1956 ; il passera deux années dans la capitale française, deux années de vagabondage visuel où l’école n’est qu’un alibi pour flâner dans la ville, "se poser des questions, chercher des réponses", bref, "découvrir la vie". C’est à cette même époque qu’il travaille à la réalisation de son livre "Paris mortel" qui verra effectivement le jour en 1963. Pour Johan van der Keuken, c’est une période de lente transition vers le cinéma, où il questionne la notion même de vision, explore le cadre et la couleur, expérimente des choses qui doucement, viendront nourrir ses films. Il en réalisera plus d’une cinquantaine. "Un moment de silence", officiellement son premier film, réalisé en 1960, ouvre sa filmographie et annonce tout son cinéma à venir : des récits fragmentaires dont l’agencement bouscule les règles du montage traditionnel. Une caméra faite œil, un corps caméra, un cinéma physiologique qui enregistre ce qui l’entoure et le restitue dans le flot des images par le prisme de la pensée. À sa mort, il laisse une œuvre engagée et universelle, riche d’une cinquantaine de films tous tournés en pellicule, dont on peut citer "L'Enfant aveugle" (1964), "Les Vacances du cinéaste" (1974), "Vers le Sud" (1981), "L'Œil au-dessus du puits" (1988), "Amsterdam Global Village" (1996), ou encore, "Vacances prolongées" (2000).