Archive
110'
Brésil, 2019

Musique originale : Juliana R. Production : Sancho&Punta

Programmé par Antoine Thirion



Résumé


Mon père ayant perdu son emploi, ma famille entière a dû retourner vivre dans notre maison de Bresser, un vieux quartier ouvrier de São Paulo. Ils ne sortent pas de la journée et se disputent beaucoup. Les chiens aboient. Pendant ce temps, je les filme.

L'avis de Tënk


Dix minutes après le début du premier long métrage de Bruno Risas, au moment où sa mère Viviane se décrit précisément telle qu’on la voit — "personnage" assis sur le canapé du salon, fumant lentement la cigarette qu’elle tient dans la main gauche, exprimant regrets et lassitude existentielle après les corvées du matin — il ne fait plus de doute que ce home-movie relève d’une mise en scène soigneusement concertée. De précédentes scènes de vie ordinaire, proprement découpées, permettaient déjà non seulement de reconnaître la main de ce chef-opérateur talentueux, collaborateur d’une jeune génération de cinéastes brésiliens parmi laquelle Gustavo Vinagre ou Juliana Rojas ; mais aussi l’impression manifeste d’une connivence, d’un travail collectif déjouant les assignations des sujets aussi bien que le jeu habituel du vrai et du faux. Pendant près de dix ans, Risas est revenu à Bresser, quartier ouvrier de São Paulo où il est né, pour filmer ses parents, sa sœur et sa grand-mère atteinte de démence sénile. Décennie qui aura vu la fin de Lula, la destitution de Roussef et l’avènement au pouvoir de Bolsonaro, sans troubler les rituels d’une vie se représentant à elle-même ses conditions d’existence par la fabrication d’un film. Arrimé à la répétition des tâches et à la succession des jours, ce travail de fiction finit par produire, aussi indubitable que bref et inexplicable, un phénomène extraordinaire.

Antoine Thirion
critique et membre du comité de sélection de Cinéma du réel
et du festival de Locarno


Cinéaste(s)


Bruno Risas

Bruno Risas

Bruno Risas travaille en tant que réalisateur, directeur de la photographie et producteur. Il a notamment cofondé la maison de production Sancho&Punto. En tant que directeur de la photographie, il a travaillé avec des noms importants de la nouvelle génération de réalisateurs brésiliens, tels que Eliane Caffé, Juliana Rojas, Gustavo Vinagre et Maria Clara Escobar. En tant que réalisateur, on lui doit les courts métrages "Cajamar" (2013), "The Blind" (2014) et "Ventanas del ayer" (2013/2017), projetés à de nombreux festivals de cinéma de son pays. "Yesterday…" constitue son premier long métrage et a participé à différents laboratoires de développement de projets tels que LoboLab, BrLab et Talents Buenos Aires.