40 jours
76'
Liban, 2018

Production : Ghassan Halwani
Anglais, Arabe
Français, Anglais, Italien
Festival dei Popoli 2018

Les films de Dei Popoli Festivals Coup de cœur Intime Histoire



Résumé


"Il y a trente-cinq ans, j’ai été témoin de l’enlèvement d’un homme que je connaissais. On ne l’a jamais revu depuis. Il y a dix ans, j’ai aperçu son visage en marchant dans la rue, mais je n’étais pas certain que ce soit lui. Des parties de son visage avaient été arrachées mais ses traits n’avaient pas changé depuis l’incident. Pourtant, quelque chose était différent, comme si ce n’était pas le même homme." (Ghassan Halwani)

L'avis de Tënk


À l'image, une photo en noir et et blanc d'une cour, sans personne. Pourtant, les traces au sol et un chapeau abandonné laissent imaginer un affrontement. Au son, Ghassan Halwani, le réalisateur, montre à un homme une photo de laquelle il a effacé les protagonistes et lui demande de décrire ce qu'il voit. Nous ne verrons jamais cette photo originale prise pendant la guerre civile au Liban, au milieu des années 80, et l'homme racontera peu de choses de ce kidnapping invisible. Malgré l’impossibilité des mots, l’injonction à l'oubli et l’effacement constant des preuves par les autorités, Ghassan fait réapparaître les disparu·es de la guerre. Il gratte méticuleusement les murs de la ville pour retrouver les affiches des recherché·es, il redessine leur visage et tente de dénombrer les corps enterrés dans les nombreuses fosses communes qui continuent d'être découvertes.

Lysa Heurtier Manzanares
Réalisatrice


Cinéaste(s)


Ghassan Halwani

Ghassan Halwani

Ghassan Halwani vit et travaille à Beyrouth. Après le court métrage d'animation "Jibraltar" (2005), il s'engage dans des collaborations avec des cinéastes, des dramaturges, des artistes contemporain·es, des éditeur·rices et des musicien·nes libanais·es et arabes. Parmi ses contributions : un court métrage d'animation clôturant le long métrage documentaire "Lebanese Rocket Society" de Khalil Joreige et Joanna Hadjithomas, une longue contribution sur plusieurs pièces et installations avec le dramaturge et artiste libanais Rabih Mroué, le clip musical animé "Takhabot" avec le musicien palestinien Tamer Abu Ghazaleh. "Erase, __Ascent of the Invisible" est son deuxième film et son premier long métrage. Outre son engagement artistique, son travail se concentre sur les sphères publiques et politiques. Il contribue actuellement à la création d'une archive nationale dédiée aux disparitions forcées au Liban. En parallèle, il collabore à la recherche d'un film sur le plan directeur national pour la réglementation de la terre et de la propriété au Liban.