Disponible en location
160'
France, 2003

Production : Petits et Grands Oiseaux



Résumé


Blandine s'est blessée en résistant à un embarquement de force dans un avion. Bien qu’elle soit sur le sol français, sa blessure, sa présence, son être, sont niés par la Police aux frontières à qui elle demande l’asile. La France est sourde. La France n’est plus une terre d’accueil. Mais une terre butée qui expulse, blesse, et humilie. Réfugiée dans un squat aux fenêtres murées, auprès de son mari Papi qui la soigne, de Moktar qui a peur de sortir dans la rue, de Steve qui ne se fait plus d’illusions, de Fanny et Kary qui vendent leur corps pour pouvoir dormir sous un toit, Blandine plonge dans le silence….

L'avis de Tënk


Après avoir raconté l'histoire des exclu·es dans "Paria" (2000), le duo de cinéastes tourne son regard vers "l'étranger·ère", celui·elle qui arrive en quête de protection et ne reçoit en retour qu'un refus bureaucratique. Emmuré·es vivant·es au cœur d'une ville inhospitalière, les migrant·es du film deviennent des formes de douleur, le cœur noir de la démocratie européenne, un concept cher au philosophe Jean-Luc Nancy qui a coécrit le scénario. Capturé dans une immobilité statuaire qui rappelle le travail de Pedro Costa sur la communauté capverdienne, le groupe d'acteur·rices non professionnel·les devient un avertissement contre un racisme qui ne connaît pas de temps. Il·elles ne pourront se libérer de la honte du rejet qu'en suivant leur propre voie et en commençant à raconter leur histoire.
 

Daniela Persico
Programmatrice et critique


Cinéaste(s)


Nicolas Klotz

Nicolas Klotz

Élisabeth Perceval

Élisabeth Perceval

Né en 1954, Nicolas Klotz débute sa carrière en tant qu’assistant réalisateur avant de passer derrière la caméra en 1987, à l’occasion de la sortie d’un documentaire intitulé "Pandit Ravi Shankar". C’est le portrait du célèbre joueur de sitar qu’il suit au cours de ses voyages musicaux à travers l’Inde et l’Europe. Il adapte plusieurs romans et fonde, en 1995, La compagnie de l’Asile. Puis viendront deux films biographiques consacrés l’un à James Carter en 1998, l’autre à Brad Mehldau en 1999. Il adapte les embryons de ce que seront respectivement "Paria" (2000) et "La Blessure" (2003). Enseignant à La Fémis, il travaille en collaboration avec Élisabeth Perceval, dont il est le compagnon. Ils ont, entre autres, réalisé ensemble "Low Life" (2012), "L'héroïque lande, la frontière brûle" (2017), "Fugitif où cours-tu ?" (2018), "Saxifrages, quatre nuits blanches" (2021), "Nous disons révolution" (2021).