Archive
35'
Lettonie, 2004

Musique originale Shigeru Umebayashi Production : VFS Films

Programmé par Arnaud Hée



Résumé


Il y a des endroits dont on ne veut rien savoir : les décharges en font partie. D’un point de vue humain, c’est un endroit affreux, un désert puant d’ordures. Mais ce désert grouille de vie : une profusion stupéfiante d’insectes, de reptiles, d’oiseaux et de mammifères, tous entrelacés dans une relation vie-mort existentielle, donnant ainsi à la décharge des allures oniriques étrangement séduisantes.

L'avis de Tënk


Alors que les vies animales et végétales sont, dès l'origine, une composante importante des films de Laila Pakalnina, elles deviennent ici le centre de son attention. L'humain est ainsi relégué à la périphérie, un figurant en arrière-plan, comme s'il s'apprêtait à disparaître, victime de la catastrophe qu'il a engendré. Saisissant dans son équilibre entre fable et pamphlet, "Pays de Cocagne" semble dessiner l'esquisse d'un nouveau règne ; si la cinéaste célèbre la persistance du vivant, les humains n'ont eux pas droit à une nouvelle chance. Ils doivent laisser la place.


Arnaud Hée
Programmateur, enseignant et critique


Cinéaste(s)


 Laila Pakalnina

Laila Pakalnina

Laila Pakalņina est née en 1962 à Liepāja en Lettonie. Diplômée en 1991 du VGIK, la prestigieuse école de cinéma moscovite, elle nous propose un cinéma plein d'humour dont les aspects burlesques et souvent sans parole évoquent l'univers de Jacques Tati. Si ses œuvres de fiction ont été sélectionnées à Cannes et à la Mostra de Venise, la trentaine de courts et moyens métrages documentaires qu'elle a réalisés sont longtemps restés méconnus en France. Laila Pakalnina appartient à la génération dite « de la transition » apparue à la fin de l'ère soviétique, et comprenant notamment Sergueï Dvortsevoy, Sergueï Loznitsa ou encore Audrius Stonys.
En 2015, elle a terminé son cinquième long métrage de fiction intitulé "Ausma"("L'Aube").