Archive
18'
Italie, 1967

Musique originale : Egisto Macchi Production : Egle Cinematografica

Programmé par Daniela Persico



Résumé


Dans les grottes d'une vallée isolée à quelques kilomètres de Raiano, près de Sulmona (dans la province de L'Aquila), de mystérieux rituels ont lieu en l'honneur de San Venanzio. Selon la tradition, le saint a vécu dans des grottes dont les pierres sont encore imprégnées de ses dons thaumaturgiques. C'est pourquoi, chaque année, à l'occasion de la fête du saint, se déroule la mystérieuse et ancienne cérémonie du "culte des pierres" : les fidèles, en se frottant aux parois des grottes, invoquent les vertus de San Venanzio pour être guéri·es de leurs maux, établissant un rapport profond et presque familier avec la pierre, à laquelle il·elles confient leurs souffrances.

L'avis de Tënk


Autre collaboration de Luigi Di Gianni avec l'ethnographe Annabella Rossi, ce film occupe une place à part dans la filmographie du réalisateur : la particularité du sanctuaire, avec ses ravins dans lesquels les corps des fidèles se calent en se frottant aux murs, oblige l'auteur à simplifier la construction visuelle de ses plans. Ici, dans un noir et blanc contrasté, la caméra apparaît plus libre, suivant les visages des fidèles, puis se concentrant sur leur physicalité et leur rencontre avec la pierre. Le film raconte de manière extraordinairement essentielle l'émergence progressive d'un côté primaire de l'humanité, prêt à fusionner avec la matière de la terre, et à renaître dans la rencontre avec la matière froide qui devient une véritable matrice.
 

Daniela Persico
Programmatrice et critique


Cinéaste(s)


Luigi Di Gianni

Luigi Di Gianni

Né à Naples en 1926 et décédé à Rome en 2019, Luigi Di Gianni est un réalisateur et documentariste italien. Après un diplôme en philosophie à l’université de Rome, il étudie la réalisation au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Travaillant d’abord comme assistant réalisateur, il commence ensuite à réaliser des programmes culturels et des films pour la télévision italienne. En tant que documentariste, il se consacre avant tout à des thèmes anthropologiques, sociaux, historiques et artistiques, donnant à voir la réalité du sud de l'Italie dans les années 1950 et 1960. Figure de proue du cinéma documentaire ethnographique italien de l’après-guerre, sa riche filmographie comprend notamment "La magia Lucana" (premier prix de la Mostra de Venise en 1958), "Grazia e numeri" (1962), "La Madonna di Pierno" (1965), "Il Male di San Donato" (1965), "Le raccoglitrici di olive" (1966), "I fujenti" (1966), "Il culto delle pietre" (1967, primé au Festival dei Popoli), "Nascita di un culto" (1968), "L'attaccatura" (1971), "La possessione" (1971), "Il tempo dell'inizio" (1974), "La Madonna in cielo e la Matre in terra" (2006). Parmi ses œuvres figure également "Il tempo dell'inizio", Nastro d'Argento en 1975, son unique film de fiction tourné dans la région de la Basilicate, à Craco, Pisticci et Matera. Professeur au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome de 1977 à 1997, il y enseigne la réalisation de films documentaires. Il a, également, enseigné dans les universités de Palerme, de Calabre et de Lecce. En 2009, il réalise le docu-fiction "Carlo Gesualdo da Venosa (1566-1613)". En 2013, la cinémathèque de Bologne a restauré ses courts documentaires, les réunissant dans un coffret ("Uomini e spiriti. Les documentaires de Luigi Di Gianni"). La même année, en collaboration avec le Centro Studi sull'Etnodramma di Monselice, il réalise le film "Appunti per un film su Kafka. "Dans la colonie pénitentiaire"".