Archive
9'
Italie, 1965

Musique originale : Egisto Macchi Production : Nexus Films

Programmé par Daniela Persico



Résumé


À Montesano dans le Salento, pendant les festivités qui ont lieu en août en l'honneur de Saint Donat – le patron des épileptiques et des malades mentaux·ales – ont lieu d'étranges phénomènes et rituels, fruits d'une puissante suggestion collective. Luigi Di Gianni, maître du documentaire anthropologique, filme avec une force dionysiaque les fidèles agité·es et hurlant·es comme dans un rite païen, montrant comment la liturgie catholique succombe à la fureur primitive de la religiosité populaire.

L'avis de Tënk


Il s'agit ici du premier film que Luigi Di Gianni réalise en collaboration avec l'ethnologue et photographe de terrain Annabella Rossi. Rare figure féminine au sein d'un groupe de chercheur·euses italien·nes de l'époque, Rossi s'est concentrée sur les rituels des Pouilles, de la Basilicate et de la Campanie, accordant un espace à la présence féminine, souvent fortement déstabilisante par rapport au pouvoir de l'Église. Dans cette première œuvre commune, qui suit une célèbre procession, l'attention s'attarde à plusieurs reprises sur un épileptique, immortalisé par le tournage emphatique de Di Gianni, qui est amené auprès du saint dans l'espoir d'une guérison. Mais le moment le plus fort s’incarne dans le choix cinématographique de filmer d'en haut la torsion des fidèles en prière dans une nuit sans fin. La partition expérimentale d'Egisto Macchi souligne le côté anti-naturaliste du cinéma de l'auteur.
 

Daniela Persico
Programmatrice et critique


Cinéaste(s)


Luigi Di Gianni

Luigi Di Gianni

Né à Naples en 1926 et décédé à Rome en 2019, Luigi Di Gianni est un réalisateur et documentariste italien. Après un diplôme en philosophie à l’université de Rome, il étudie la réalisation au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome. Travaillant d’abord comme assistant réalisateur, il commence ensuite à réaliser des programmes culturels et des films pour la télévision italienne. En tant que documentariste, il se consacre avant tout à des thèmes anthropologiques, sociaux, historiques et artistiques, donnant à voir la réalité du sud de l'Italie dans les années 1950 et 1960. Figure de proue du cinéma documentaire ethnographique italien de l’après-guerre, sa riche filmographie comprend notamment "La magia Lucana" (premier prix de la Mostra de Venise en 1958), "Grazia e numeri" (1962), "La Madonna di Pierno" (1965), "Il Male di San Donato" (1965), "Le raccoglitrici di olive" (1966), "I fujenti" (1966), "Il culto delle pietre" (1967, primé au Festival dei Popoli), "Nascita di un culto" (1968), "L'attaccatura" (1971), "La possessione" (1971), "Il tempo dell'inizio" (1974), "La Madonna in cielo e la Matre in terra" (2006). Parmi ses œuvres figure également "Il tempo dell'inizio", Nastro d'Argento en 1975, son unique film de fiction tourné dans la région de la Basilicate, à Craco, Pisticci et Matera. Professeur au Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome de 1977 à 1997, il y enseigne la réalisation de films documentaires. Il a, également, enseigné dans les universités de Palerme, de Calabre et de Lecce. En 2009, il réalise le docu-fiction "Carlo Gesualdo da Venosa (1566-1613)". En 2013, la cinémathèque de Bologne a restauré ses courts documentaires, les réunissant dans un coffret ("Uomini e spiriti. Les documentaires de Luigi Di Gianni"). La même année, en collaboration avec le Centro Studi sull'Etnodramma di Monselice, il réalise le film "Appunti per un film su Kafka. "Dans la colonie pénitentiaire"".