Archive
86'
France, Maroc, 1981

Production : OHRA, SOGEAV

Programmé par Benoît Hické



Résumé


Nass El Ghiwane est un groupe de musiciens marocains formé dans les années 70 au cœur de l’un des quartiers pauvres de Casablanca. Mêlant grands thèmes traditionnels et incantations laïques, leur musique puise dans le creuset de la culture populaire. Les chansons racontent aussi bien les joies du monde qu’elles pleurent les poètes défunts, clamées au son de rythmes frénétiques. Au détour des rues comme dans les salles de concert bondées, l’explosion musicale déclenchée par Nass El Ghiwane met les foules en transe…

L'avis de Tënk


Nous laisserons la parole à Martin Scorsese :

"En 1981, je travaillais de nuit sur le montage de "La Valse des pantins". La télévision était tout le temps allumée. Un soir, vers deux ou trois heures du matin commence un film intitulé "Transes". Ils l’ont passé plusieurs fois, plusieurs nuits. J’ai tout de suite été fasciné par la musique, mais aussi par la façon dont était conçu ce documentaire. (…) Ce mélange de poésie, de musique et de théâtre permet de revenir à l’origine de ce qu’est la culture marocaine. Les musiciens chantent leur pays, leur peuple, leurs souffrances. Ce film, depuis ces années-là, est devenu une obsession pour moi."

Benoît Hické
Programmateur et enseignant


Cinéaste(s)


Ahmed El Maanouni

Ahmed El Maanouni

Ahmed El Maanouni est né en 1944 à Casablanca. Sa filmographie est riche et compte certains titres parmi les plus emblématiques du cinéma marocain comme "Alyam Alyam" (1978), premier film marocain sélectionné au Festival de Cannes. Il a aussi réalisé "Transes" en 1982, devenu un film culte continuellement célébré. Restauré par la World Cinéma Foundation et présenté par Martin Scorsese au Festival Cannes Classics en 2007, il est le film marocain le plus largement distribué dans le monde. Il est aussi le réalisateur du film "Les Cœurs brûlés" (2007), qui a remporté le Grand Prix du Festival national du film et a reçu de nombreux Prix internationaux. Ses films documentaires traitent de l’histoire coloniale et son impact sur la mémoire marocaine. Citons notamment "Conversation avec Driss Chraïbi" ou encore sa trilogie documentaire "Les Chemins de la liberté" (2015). Il dirige parallèlement des groupes d’études et des programmes d’enseignement dans le monde.