Disponible en location
90'
Belgique, 2013

Production : Morituri Film, Cobra films

Programmé par Javier Packer Comyn

Français
Anglais

Essais



Résumé


Construit à partir de centaines de bobines amateurs 8 mm et Super 8 des années 40 à aujourd'hui, "Quand je serai dictateur" est le projet d'une "non-autobiographie". Et si, à l'autre bout de l'univers, naissaient à chaque seconde d'autres mondes contenant d'autres possibilités de nos vies ? Quelles seraient alors toutes ces vies que je n’ai pas vécues ? Aventurière, psychopathe, mère exemplaire, chef comptable, homme invisible ?

L'avis de Tënk


Comique et tragique à la fois, burlesque, libre et irrévérencieux, "Quand je serai dictateur" est l’un des films belges importants de la dernière décennie.
De ces films 8 mm et Super 8 de cinéastes amateurs belges, Yaël André réussit à faire surgir une étrangeté, en isolant, combinant, répétant des fragments de matières tirées d'une centaines d’heures d’archives familiales. Avec ces bribes de scènes, elle recontruit des mondes parallèles, dont les décalages poétiques et fantastiques sont autant de reflets déformants qui nous invitent à reconsidérer le nôtre. Mais la richesse incroyable du film tient aussi dans son récit et sa structure narrative, qui paraît à première vue évidente, mais dont la complexité est digne d’une horloge suisse.
On retrouve dans le film, ce sentiment indescriptible du plaisir premier du cinéaste amateur, ce désir de mémoire et de défiance du temps et de la mort, cet amour de l’autre et du monde qu’on veut immortaliser mais dont l’acte de filmer nous rappelle sans cesse sa mort annoncée… Avec Yaël André, le cinéma redevient liberté, jouissance et acte d’amour.

Javier Packer Comyn
Secrétaire général du Centre de l'audiovisuel à Bruxelles - CBA


Cinéaste(s)


Yaël André

Yaël André

Yaël André a grandi au Maroc. Licenciée en philosophie de l'Université libre de Bruxelles en 1990, elle entame ensuite à l'INSAS des études en réalisation cinématographique, qu'elle abandonne cependant très rapidement pour aller vivre à Berlin. De retour, quelques années plus tard, en Belgique, elle se consacre dès lors à la réalisation et à la production de ses films.